Journée Mondiale des Toilettes : un accès encore insuffisant à l’assainissement durable

Le 19 Novembre 2020 marque la journée mondiale des toilettes, une journée qui permet de rappeler l’importance d’avoir accès à des toilettes à l’heure ou encore une majorité de la population mondiale n’a pas accès à des installations sanitaires adaptées. Le thème officiel de cette année 2020 est l’« assainissement durable et le changement climatique » qui met l’accent sur la nécessité d’avoir des installations d’assainissement durables pour faire face au changement climatique.

UNE MAJORITE DE LA POPULATION CONCERNEE PAR DES PROBLEMES D’ACCES AUX TOILETTES

Aujourd’hui encore, 4,2 milliards de personne dans le monde n’ont pas accès à des installations sanitaires gérées en toute sécurité. Plus de 600 millions de personnes pratiquent encore la défection à l’air libre. L’accès à l’assainissement est souvent délaissé par les gouvernements et les politiques car considéré comme tabou.

Et la France est concernée avec, en métropole, 250 000 personnes vivant dans la rue. Plus largement, 870 000 personnes n’ont pas accès à des toilettes (en grande majorité en zones urbaines). En Outre-Mer, la situation est encore plus préoccupante : 47% des habitants de Mayotte n’ont pas de toilettes à l’intérieur du logement et 10,3% de la population guyanaise vit au quotidien sans accès à des toilettes.

Ne pas avoir accès à des toilettes est dangereux, polluant, peu hygiénique et favorise les maladies. La pandémie de Covid19 nous rappelle chaque jour la nécessité vitale d’avoir accès à de l’eau, des toilettes et à des installations d’hygiène pour prévenir et lutter contre les maladies. Le contact avec les mains étant l’un des principaux facteurs de transmission du Coronavirus, l’absence d’un accès adéquat aux services d’eau potable et d’assainissement contribue, de fait, à aggraver la crise.

Les milliards de personnes dans le monde qui n’ont pas accès à ces services essentiels sont exposées de manière exacerbée à la pandémie du coronavirus, mais également à de nombreuses autres maladies pourtant évitables comme la diarrhée, le choléra, la rougeole, la pneumonie ou encore l’hépatite A.

L’IMPORTANCE D’UN ASSAINISSEMENT DURABLE POUR LUTTER CONTRE LE CHANGEMENT CLIMATIQUE

Le thème de cette Journée Mondiale des Toilettes 2020 est l’« assainissement durable et le changement climatique ». En effet, les installations et techniques d’assainissement peuvent être menacées par le changement climatique : par les sécheresses, les inondations et autres évènements climatiques toujours plus récurrents. Les inondations peuvent par exemple endommager les toilettes et déverser les eaux usées dans les réservoirs d’eau potable, les cultures ou même les maisons.

L’eau, l’assainissement et l’hygiène sont des éléments inséparables et à la base d’une société résiliente et en bonne santé. En effet, la résilience d’une population face au changement climatique nécessite des installations d’assainissement adaptées, équipées d’eau et de savon. Une eau propre est garantie seulement par un traitement des excrétas adapté afin de ne pas contaminer les sources d’approvisionnement. La durabilité et la qualité des services de distribution d’eau et d’assainissement doivent ainsi être une préoccupation majeure, en particulier dans les pays qui sont déjà ou seront fortement impactées par les changements climatiques.

Un assainissement durable est aussi clé dans la lutte contre le changement climatique. Alors que 80% des eaux usées générées retournent dans la nature sans être traitées ou réutilisées, des installations d’assainissement durable peuvent permettre de réutiliser ces eaux usées dans l’agriculture ou encore de réduire et/ou de capturer une partie des émissions de gaz à effet de serre.

Dans le cadre de cette journée phare pour l’assainissement, l’OMS et UNICEF publient un rapport du Joint Monitoring Program sur l’état de l’assainissement dans le monde et son impact sur la santé, les économies et l’environnement.

  • Le rapport est à retrouver ici

Plusieurs experts des droits humains, aux cotés de Pedro Arrojo, nouveau rapporteur spécial sur les droits humains à l’eau et à l’assainissement pour les Nations unies, ont également publié une déclaration commune sur la pandémie COVID19 et les droits humains à l’eau et à l’assainissement.

  • Voir la déclaration commune ici 

LA SOCIETE CIVILE SE MOBILISE !

  • La Coalition Eau publie un communiqué de presse afin de rappeler la nécessité d’un engagement fort des élu.e.s en faveur d’un accès à l’eau et à l’assainissement pour tou.te.s, en France et à l’international. Retrouvez le communiqué ici.
  • Dans le cadre de la campagne « L’eau est un droit », les ONG lancent une vidéo à destination des élu.e.s locaux afin de les interpeller sur les enjeux d’accès à l’eau, à l’assainissement et à l’hygiène et sur l’urgence d’agir dans un contexte de crise sanitaire. Retrouvez la vidéo sur Youtube.
  • Première Urgence International interviendra en direct sur France Bleu Radio le 19 novembre à 10h dans l’émission « Tous experts ». Ecoutez en replay l’émission ici. (à partir de 34 min 40)
  • Action contre la Faim organise un webinaire le 19 novembre sur le thème « L’eau : au cœur des réponses crises sanitaires et environnementales ». Plus de détails ici.
  • Solidarités International organise une webconférence le 24 novembre de 18h à 19h30, sur les enjeux du 9ème Forum mondial de l’eau qui se tiendra à Dakar en 2022. Plus d’information ici.

POUR ALLER PLUS LOIN

  • Suivez-nous sur Twitter @EauDroit
  • Visionnez la vidéo sur Youtube ici

CHIFFRES CLES :

  • La région européenne compte 313 millions de personnes sans accès à des services d’assainissement gérés en toute sécurité en 2017. 130 millions de personnes n’ont accès qu’à des installations sanitaires élémentaires et 7 millions n’ont accès qu’à des installations sanitaires limitées. (Commission statistique des Nations Unies)
  • 72% de la population africaine n’a pas accès à des installations sanitaires élémentaires à domicile (latrines, toilettes). La défécation à l’air libre reste une réalité quotidienne pour 1 personne sur 2 au Tchad et au Niger. (OMS/UNICEF 2019)
  • 3 milliards de personnes ne peuvent se laver les mains à domicile : 1,6 milliard de personnes ont un accès limité à du savon et de l’eau, 1,4 milliard n’a aucun accès à l’eau et à du savon.
  • En Afrique sub-saharienne, plus de 50% de la population n’a pas un accès de base à des installations de lavage de mains avec de l’eau et du savon. (OMS/UNICEF 2019)
  • Chaque année, la diarrhée causée par la consommation d’une eau sale, en raison du manque d’assainissement, tue environ 361 000 enfants de moins de cinq ans, soit plus de 1 000 enfants par jour. (Factsheet drinking water, OMS)
  • 34% des écoles dans le monde ne disposent pas de services élémentaires d’assainissement et 47% des écoles ne disposent pas de services élémentaires d’hygiène. (OMS/UNICEF 2019)

DEFINITIONS CLES

  • Définition d’un « service d’assainissement géré en toute sécurité » : utilisation d’une installation sanitaire améliorée (toilettes à chasse d’eau vers un réseau d’égout ou une fosse septique, latrine améliorée à fosse ventilée, latrine à fosse avec dalle, toilettes à compostage), où les excréments sont éliminés en toute sécurité in situ ou transportés et traités hors site, non partagée avec d’autres ménages et qui dispose d’un dispositif de lavage des mains avec du savon.
  • Définition d’« installations sanitaires élémentaires » : utilisation d’une infrastructure d’assainissement améliorée (toilettes à chasse d’eau vers un réseau d’égout ou une fosse septique, latrine améliorée à fosse ventilée, latrine à fosse avec dalle, toilettes à compostage) et non partagée.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *