Un mandat pour l’inclusion sociale des habitants des bidonvilles et squats ?

L’État vient de doubler le budget dédié à la résorption des quelque 360 sites concernés, les décideurs commencent à comprendre que les expulsions ne résolvent rien. Plusieurs expériences locales, en bonne voie de réussite, montrent que les démarches d’insertion sociale des habitants sont par essence plus humaines, mais aussi plus efficaces et durables pour résoudre ces situations indécentes, pour les personnes qui y habitent comme les autres citoyens dans les communes. Une constante, dans ces succès : la volonté politique exprimée par les élus locaux, leur capacité à impulser une dynamique collective et leur implication, à l’échelon de la municipalité d’abord.

C’est pour donner des outils, des exemples concrets et des conseils aux candidats aux élections municipales de mars 2020 que le Collectif National Droits de l’Homme Romeurope a publié en octobre le dossier « Les élus locaux face à la résorption des bidonvilles ». Le CNDH Romeurope réunit 46 associations et collectifs locaux mobilisés pour et avec les personnes vivant en squat et bidonvilles, principalement originaires d’Europe de l’Est et Roms ou perçus comme tels.

L’accès à l’eau fait partie des compétences directes des mairies ou intercommunalités sur ce sujet, quand d’autres relèvent plutôt de l’Etat ou d’autres collectivités territoriales. Dans le dossier, le CNDH Romeurope utilise l’exemple de la métropole de Bordeaux pour illustrer une action proactive d’une collectivité pour fournir de l’eau aux habitants précaires des squats et bidonvilles du territoire.

En 2020, une opportunité réelle s’offre aux élus et candidats de contribuer efficacement à mettre fin, lors du mandat municipal qui s’annonce, au scandale déshonorant de l’existence de bidonvilles et de squats dans un pays comme la France.

Dans ce contexte, la Campagne l’eau est un droit ! porte des recommandations auprès des élu.e.s locaux et candidat.e.s aux municipales afin que l’accès à l’eau et à l’assainissement soit effectif pour toutes et tous, y compris dans les squats et les bidonvilles.

Lire la synthèse du dossier de Romeurope : ici

Lire le dossier complet : ici

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *