eau

10 ans du droit humain à l’eau et à l’assainissement

L’approche basée sur les droits dans les projets de coopération internationale En février 2020, la France a lancé sa nouvelle stratégie internationale pour l’eau et l’assainissement. Une avancée qui vient satisfaire une demande de longue date de la Coalition Eau, collectif des ONG françaises du secteur Eau et Assainissement, et qui répond à une commande du Comité Interministériel pour la Coopération Internationale et le Développement (CICID) de 2018.  L’objectif premier décrit dans le document est son concours à la mise en œuvre effective des droits humains à l’eau et à l’assainissement. Si les droits humains sont souvent mentionnés dans les stratégies, il s’agit en général… Lire la suite »10 ans du droit humain à l’eau et à l’assainissement

Recommandations des ONG du secteur eau et assainissement

La pandémie mondiale de coronavirus a mis en évidence l’importance vitale de l’accès à l’eau, à l’assainissement et à l’hygiène. Se laver les mains avec de l’eau et du savon sauve des vies. Il s’agit d’une règle d’hygiène de base, efficace et peu coûteuse. Pourtant, 10 ans après la reconnaissance du droit humain à l’eau potable et à l’assainissement par les Nations Unies, des milliards de personnes n’ont pas accès à ces services essentiels, les exposant à la pandémie du coronavirus, mais également à de nombreuses autres maladies évitables comme la diarrhée, le choléra, la rougeole, la pneumonie ou encore l’hépatite A.

L’eau, une barrière de protection contre les maladies

Depuis plusieurs semaines, la pandémie de COVID-19 se propage sur l’ensemble de la planète. Alors que l’Europe en est devenu l’épicentre, plusieurs pays ont dû faire le choix du confinement pour limiter la propagation de ce virus. Les gouvernements, les organisations de la société civile et les institutions internationales appellent la population à utiliser le principal geste barrière contre le virus : se laver très régulièrement les mains avec du savon et de l’eau.

La participation des usagers à la gestion de l’eau potable en France

Depuis le 1er janvier 2020, la compétence eau et assainissement est transférée aux intercommunalités. Il est possible d’agir localement et d’aller plus loin que la loi en matière de droit à l’eau. Un des aspects d’exercice réel du droit à l’eau concerne les modalités de prise de décision, le degré d’inclusion et d’implication réelle des usagers et de leurs représentants.

Promotion des mécanismes de solidarité décentralisée

Permise par la loi Oudin-Santini sur le budget Eau et Assainissement, au travers du dispositif 1% solidaire eau, et également par la loi Thiollière sur le budget général des collectivités, l’action de coopération décentralisée des collectivités territoriales est essentielle pour contribuer à résoudre la crise du secteur de l’eau et de l’assainissement.

Campagne #ClaimYourWaterRights de End Water Poverty

End Water Poverty a lancé la campagne #ClaimYourWaterRights afin de sensibiliser et mobiliser les jeunes et les groupes marginalisés pour qu’ils revendiquent leurs droits à l’eau potable et à l’assainissement.

A Bordeaux : l’eau avant l’été

Le collectif Action Bord’eaux (Médecins du monde Aquitaine, France libertés Gironde, Architectes sans frontières et Dynam’eau) estime que plus de 1 200 personnes sont contraintes de vivre en squats et bidonvilles sur ce territoire, « la plupart sans accès à l’eau potable ou à un assainissement décent ».

Un mandat pour l’inclusion sociale des habitants des bidonvilles et squats ?

L’accès à l’eau fait partie des compétences directes des mairies ou intercommunalités sur ce sujet, quand d’autres relèvent plutôt de l’Etat ou d’autres collectivités territoriales. Dans le dossier, le CNDH Romeurope utilise l’exemple de la métropole de Bordeaux pour illustrer une action proactive d’une collectivité pour fournir de l’eau aux habitants précaires des squats et bidonvilles du territoire.